Cultiver une Communauté Avec les Plantes et la Fermentation

Comment l’échange et le don aident à bâtir une communauté

 

Le troc de boutures, de kéfir, levain, et de kombucha devient une pratique courante grâce à des forums en ligne. Plus qu’un moyen de s’initier à la culture des plantes et des produits fermentés, ces groupes permettent de créer des liens et un sentiment d’appartenance très important pour le bien-être personnel.

 

 

Sur les réseaux sociaux et les forums en ligne, une pratique ancienne devient de plus en plus répandue : le troc. Des groupes Facebook dédiés à l’échange de boutures se multiplient. Le don et l’échange de produits fermentés comme le kéfir, le kombucha et le levain agitent des forums ou même des groupes de voisinage. L’avantage de ces espaces numériques est évident : ils nous permettent d’agrandir notre collection de plantes ou d’enfin cuisiner nos propres pains au levain. Ces groupes créent aussi quelque chose d’invisible mais très précieux : un sens de la communauté.

 

Des groupes d’échange de boutures ou de kéfir ont une particularité par rapport aux autres groupes de troc : on n’y partage pas des objets, mais des êtres vivants qui contribuent au bien-être et à la santé des personnes. Ils doivent être cultivés, ce qui pousse les participants à chercher et partager des informations sur leur comportement et sur les meilleures conditions pour les maintenir en vie. Ces échanges impliquent aussi plus de précautions en matière de transport : le troc se fait souvent en personne ou par courrier bien emballé. Les particularités des plantes et produits fermentés contribuent à la création d’une communauté, leur échange étant le catalyseur potentiel d’une relation amicale.

 

Le site kefirlandia.org se définit comme une « communauté d’échange de kéfir et de kombucha dont le partage est la devise ». Il est divisé en deux parties : l’une sur l’échange d’informations sur les probiotiques, et l’autre sur le don entre personnes de pays francophones comme le Québec, la France et la Suisse. Les instructions du site invitent les donneurs à « trouver un moment pour boire un café avec la personne et lui transmettre le probiotique ». Les chercheurs de kéfir et kombucha sont même invités à profiter de l’échange « pour découvrir une région lors d'une balade un week-end » lorsque leur donneur vit dans une autre ville. Le site propose non seulement d’échanger des informations utiles aux novices au moment du don, mais aussi d’en profiter pour faire un contact humain. Bien que cela puisse être limité dans notre réalité actuelle, nous pouvons certainement prendre le temps de rencontrer des personnes avec lesquelles nous faisons du troc d'une manière ou d'une autre. Peut-être en partageant un café et quelques conseils sur un appel zoom, ou en vous réunissant pour une promenade à distance.

 

 

Pourquoi partageons-nous ces choses?

 

Les produits fermentés, comme le kéfir, le kombucha, le jun et le levain, sont des cultures de bactéries qui se reproduisent très rapidement. C’est pourquoi le don est si étroitement lié à la culture de ces produits. Le levain, par exemple, demande un rafraîchissement, qui consiste à jeter la moitié de son volume et y ajouter de l’eau et de la farine. Ce surplus est la base des trocs et dons : un post sur Reddit propose un échange international pour comparer les goûts de levains de différents pays. Le blog Les mains à la pâte a créé une « banque de levain » pour mettre en contact des personnes qui ont une culture active de levain à la maison avec celles et ceux qui souhaitent commencer à préparer leur propre pain. La créatrice du blog s’est inspirée de sa propre expérience : elle fut marquée par une discussion avec un artisan boulanger qui lui donna un morceau de son levain. Comme elle l’écrit, « Cet échange, ce don, a bouleversé ma façon de faire du pain ».

 

Dans le cas des plantes, les échanges se basent sur le plaisir de réussir à faire une bouture, de transformer un morceau de tige et des feuilles en une nouvelle plante, de voir les racines pousser dans un verre d’eau. Tout cela contribue à ce que le donneur soit très motivé pour partager des petits éléments de sa collection. Avant la pandémie, Studio Foliage organisait régulièrement des événements d’échange de plantes au printemps, en été et en automne. À leur tour, le groupe Facebook Plantes d’intérieur Montréal, qui compte plus de 6.000 membres, encourage aussi ses membres à organiser leurs propres plant swaps de quartier. Plus pratiques pour échanger, ces rencontres de quartier sont aussi plus propices au développement de relations personnelles et à la création de communautés.

 

 

Quelles sont les bienfaits des dons et échanges ?

 

Selon les chercheurs en psychologie McMillan et Chavis, le sens de la communauté représente le sentiment d’appartenance à un groupe. Ses membres comptent les uns pour les autres et sentent que leurs besoins seront satisfaits par leur engagement commun. Une recherche menée à l’Université du Québec à Montréal montre que les membres des espaces virtuels peuvent créer un lien qui les rattache symboliquement et socialement à la communauté. C’est à travers la participation, le partage d’informations et l’aide à ceux et celles qui posent des questions que le sentiment d’appartenance se construit. Petit à petit, une personne ayant d’abord rejoint un groupe pour obtenir des grains de kéfir finit par communiquer fréquemment avec ses autres membres. Elle se sent à l’aise pour poser des questions, pour répondre aux questions des autres, partager des articles et parfois même des informations intimes. Plus les participants acquièrent des connaissances, plus ils ont envie de les transmettre à de nouveaux membres et d’accompagner ces derniers dans leurs découvertes.

 

En créant un sens de la communauté, les forums de dons et échanges contribuent au bien-être et à la santé mentale de leurs membres. Le sentiment d’appartenance à un groupe nous fait nous sentir acceptés comme nous sommes, ce qui renforce l’estime de soi. Ce sentiment est aussi une arme contre la solitude, et même une ressource face à des maladies comme la dépression. En participant à un groupe, ses membres se sentent soutenus et plus à l’aise pour demander de l’aide quand ils en ont besoin. Enfin, la communauté nous donne des raisons d’agir. Dans un groupe, chacun a son rôle et se sentir jouer le sien au service des autres – que ce soit à travers des conseils d’entretien d’une plante ou des dons de scoby de kombucha – est un motif de satisfaction important pour le bien-être et la santé mentale.

 

Plusieurs études prouvent les effets du sens de la communauté sur la qualité de vie. Une recherche menée en Norvège a montré que la participation à une communauté est propice à une vie longue et aide à gérer des situations de stress. Selon une étude étatsunienne, participer à une communauté est aussi un moyen de préserver les capacité cognitives des adultes. Les études de Whitehall au Royaume-Uni estiment que les personnes sans soutien social ont cinq fois plus de chances de développer une maladie mentale.

 

Quelles sont les bienfaits des plantes et produits fermentés ?

 

Il est scientifiquement prouvé qu’avoir des plantes à la maison contribue au bien-être et à la santé mentale. La couleur verte aide à se détendre, tandis que l’entretien des plantes réduit le stress et les sentiments de solitude et tristesse.

 

Certains produits fermentés, comme le kéfir et le kombucha, contiennent des probiotiques, qui aident à équilibrer le microbiote intestinal, c’est à dire l’ensemble de bactéries vivant dans nos intestins.  L’importance du microbiote pour la santé a été prouvé scientifiquement. S’ils ne remplacent pas une alimentation équilibrée et des activités physiques régulières, qui sont essentielles pour une bonne santé, les probiotes renforcent le système immunitaire et favorisent un transit intestinal régulier.
Ainsi, outre qu’il s’accompagne de nombreux plaisirs liés à l’appartenance à une communauté, le don de plantes et de produits fermentés aide à prendre soin de soi et de sa santé. 💚

 

 

Biographie de l'Auteure: Taís Toti


Taís Toti est journaliste et traductrice freelance. Elle est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'art de l'École des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris et aime écrire sur la culture, l'art, la santé et le bien-être. Son travail est publié sur VICE, MTV, Billboard et plusieurs médias brésiliens.

Photos via Pexels:
Three Juice Jar Dispensers - Rene Asmussen
Person Holding White Dough on Brown Wooden Table - Roman Odintsov
Happy Young Friends Walking in Summer Garden - Gary  Barnes
Exotic Philodendron Flowering Plant with Green and Pink Leaves - Huy Phan


Article précédent

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés